Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 31 décembre 2005

Épithète placée en début de phrase

Épithète placée en début de phrase ou de proposition; participe placé au début de la phrase ou de la proposition; rupture de construction; syntaxe et clarté.

  • Pour voyager dans une autre dimension, les états d'âme sur palette de Louis Boudreault, peintre poète ou son contraire. Mondialement connu pour ses travaux sur les envois, boîtes symboles accompagnant ses oeuvres sur différentes routes comme celles des épices ou des teintures, l'exposition Première neige nous donne de l'hiver une sorte de répit mental et d'arrêt sur images multiples et apaisantes. (Lio Kiefer.)

Eh! non, contrairement à ce qu'on pourrait penser, ce n'est pas l'exposition qui est mondialement connue, mais le peintre. On le voit, Grevisse avait bien raison lorsqu'il estimait "souhaitable que l'épithète [...] placée au début de la phrase (ou de la proposition) se rapporte au sujet de cette phrase (ou de cette proposition)". (Le bon usage, paragraphe 328, douzième édition.)

Line Gingras

"Objets - Venise: comme de bien entendu..." : http://www.ledevoir.com/2005/12/31/98631.html

Posté par Choubine à 20:43 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 30 décembre 2005

Ni fleurs ni couronnes - Exigence pléonastique

  • N'oublions pas que le Code criminel exigeait depuis 1932 l'enregistrement obligatoire des armes de poing. (Louis-Gilles Francoeur.)

Une exigence, m'est avis que* ça ne laisse pas le choix.

* M'est avis que : expression vieillie ou régionale, d'après le Petit Robert.

"Mauvaise cible" : http://www.ledevoir.com/2005/12/30/98664.html?338

Posté par Choubine à 16:20 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 29 décembre 2005

Ni fleurs ni couronnes - On va les traiter, bon

La charte serait mise en oeuvre par les conservateurs, a assuré leur chef, en plus de la déclaration des droits des vétérans, qui baliserait le traitement des requêtes afin qu'elles soient traitées plus rapidement. (PC.)

On ne pourrait pas les régler, ces demandes, pour changer?

"Harper veut protéger les anciens combattants" : http://www.ledevoir.com/2005/12/29/98580.html

Posté par Choubine à 17:15 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 28 décembre 2005

Ni fleurs ni couronnes - À vue de nez

Soit; accord de soit; soit, verbe ou conjonction.

  • "Certains bouchons en plastique ont des performances tout à fait intéressantes, je suis loin de les nier", affirme néanmoins le chimiste et oenologue Pascal Chatonnet, qui avoue néanmoins éprouver un attachement sentimental pour la matière naturelle qu'est le liège. (Pauline Gravel.)

Avec un nez en moins, la phrase aurait meilleure mine. Mais un peu de sérieux :

  • [...] les bouchons de plastique sont tout à fait indiqués pour les vins à rotation rapide, soient les blancs, les rosés et les rouges de table.

D'après Hanse et Blampain, soit, lorsqu'il signifie "c'est-à-dire", est conjonction et doit donc rester invariable.

"Menace sur le bouchon de liège?" : http://www.ledevoir.com/2005/12/28/98560.html

Posté par Choubine à 17:44 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 27 décembre 2005

Ni fleurs ni couronnes - Madrid et les Jeux olympiques

Se retrouver; accord du participe passé du verbe pronominal; être tel.

  • Sans l'erreur du délégué du CIO, les deux villes se seraient retrouvé à égalité [...] (AP.)

Le verbe se retrouver est employé ici au sens d'être, se trouver tout à coup dans une situation. Le pronom se n'a pas vraiment d'autre fonction, dans cette phrase, que de marquer la forme pronominale; le participe passé doit donc s'accorder avec le sujet du verbe :

[...] les deux villes se seraient retrouvées à égalité [...]

Un peu plus loin :

  • "Quand Madrid déposera une nouvelle candidature, les possibilités seront tel que même un vote perdu ne pourra faire pencher le résultat", a-t-il dit. [Il s'agit du maire de Madrid.]

Il fallait écrire les possibilités seront telles, bien entendu.

"Londres aurait obtenu les Jeux de 2012 à la suite d'une erreur" : http://www.ledevoir.com/2005/12/24/98461.html

Posté par Choubine à 12:55 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 24 décembre 2005

Le chevalier et la bergère

Voici, pour vous souhaiter à tous de joyeuses Fêtes, un conte de Noël de ma façon, en véritables vers de mirliton. Ce n'est pas un hasard s'il y est question de tuque et de cache-nez, mais une invitation à vous rendre au site de l'émission Indicatif présent, animée par Marie-France Bazzo, écouter la fameuse Tirade du cache-nez composée il y a deux ans par Jean Dion, chevalier de la Nouvelle, à l'occasion d'un débat de société sur la tuque du gardien de but José Théodore.

*********************

Le chevalier et la bergère

Un soir que par les vaux il trottait, nez en l'air
Un chevalier manqua heurter une bergère
D'où viens-tu, où vas-tu de ce pas, ma commère
Fit-il bien gentiment, le chef à découvert
À ce train tu perdras tes moutons, ça m'a d'l'air

Sans dire mot Lison continua sur son erre
Intrigué, il crut bon de mettre pied à terre
Montre-moi les talons, ma graine de pépère
Mes allées et venues, c'est pas de tes affaires
Et puis remets ta tuque, y fait ben frette à souère

Son coeur de chevalier s'émut fort à ce vers
M'amie, seriez-vous donc à mon égard moins fière
Et me verriez-vous çà un peu ainsi qu'un frère

Nenni, t'es ben mignon, mais j'ai aut'chose à faire
Dans la crèche est couché l'Enfant nu comme un ver
N'entends-tu pas les anges qui font leur concert
Ne vois-tu pas l'étoile qui luit au ciel clair
N'as-tu pas un présent pour un roi dans' misère

Le chevalier pleura, attendri, débonnaire
Fouilla dedans son sac, s'moucha dans son mouchouère
Portez au nourrisson, ô divine bergère
Ce cache-nez bien chaud tricoté par ma mère

Choubine

Posté par Choubine à 14:38 - Un peu de rien - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 23 décembre 2005

Ni fleurs ni couronnes - À Pâque ou à Pâques

Pâque ou Pâques; Pâque ou la Pâque; article devant Pâque; déterminant devant Pâque; majuscule ou minuscule à Pâque; peut-être ou peut être; genre de personne; pronom de remplacement.

Je sais bien que nous arrivons à Noël (le contraire tiendrait du miracle), mais je vais vous parler de Pâques; l'Étoile sera bientôt à Bethléem, mais nous allons à Jérusalem :

  • Les grandes fêtes religieuses ne sont pas nécessairement plus propices à l'éclosion de nouvelles Marie-Madeleine ou de réincarnations du Christ, selon le Dr Katz, qui ne sera donc pas davantage sur le pied d'alerte ce week-end de Noël, pas plus qu'à Pâque ou à Pâques. (Stéphane Baillargeon.)

Lorsque j'étais enfant, on nous apprenait que notre fête de Pâques à nous, chrétiens, prenait une majuscule et un "s", mais pas d'article : Il reviendra-z-à Pâques...; on nous disait aussi qu'il fallait écrire la pâque pour désigner la fête juive - avec une minuscule, et sans oublier l'article défini.

Le Multidictionnaire donne toujours cette règle, en ce qui concerne la minuscule initiale; toutefois, d'après le Petit Robert, le Hanse-Blampain et le Trésor de la langue française informatisé, il est admis aujourd'hui d'écrire la Pâque, avec la majuscule donc; dans tous les exemples que j'ai vus, le nom demeure précédé d'un article ou d'un autre déterminant.

***************

Dans le même texte :

Cette forme du syndrome peut-être traitée assez facilement, parfois avec l'aide d'une légère médication.

[...] une personne obsédée par la Dernière Cène et qui cherchait une douzaine de convives de façon obsessionnelle...

L'autre sous-type [du syndrome] frappe des personnes souffrant de maladie mentale. Le but de leur voyage à Jérusalem est directement lié à leur état mental. Ils se prennent souvent pour un personnage biblique [...]

Cette dernière faute est très fréquente; attention au genre du pronom de remplacement!

"Un étrange syndrome affecte certains touristes à Jérusalem - Les aliénés de Dieu" : http://www.ledevoir.com/2005/12/23/98412.html

Posté par Choubine à 15:23 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 22 décembre 2005

Ni fleurs ni couronnes - Un plus un...

Au 1082, il ne se passe rien au rez-de-chaussée, où se trouve un bar et un restaurant ouverts à tous. (Brian Myles.)

"La Cour suprême reconnaît l'échangisme" : http://www.ledevoir.com/2005/12/22/98276.html

Posté par Choubine à 12:55 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

S'approprier de pouvoirs étendus

S'approprier de quelque chose; s'approprier quelque chose; s'approprier et s'emparer; s'approprier + complément d'objet indirect; s'approprier + complément d'objet direct; accord du participe passé du verbe s'approprier.

[...] les pouvoirs étendus dont s'est approprié le président dans le cadre de la guerre au terrorisme. (Brian Myles.)

S'approprier s'utilise couramment, avec un complément d'objet direct, au sens de "s'attribuer", "faire sien" :

Ils se sont approprié le dépôt qui leur était confié. (Petit Robert.)
Les pouvoirs que le gouvernement s'est injustement appropriés. (Lexis.)
S'approprier pleinement sa langue. (Multidictionnaire.)

Aucun des treize ouvrages que j'ai consultés n'admet la construction indirecte, c'est-à-dire avec la préposition de, qui serait attribuable, selon Girodet, à l'influence de s'emparer de. Par ailleurs, le Trésor cite un exemple où le complément désigne une personne :

Quand les passions sont sans aliment, elles se changent en besoin; le mariage devient alors, pour les gens de la classe moyenne, une idée fixe; car ils n'ont que cette manière de conquérir et de s'approprier une femme. César Birotteau en était là. (Balzac.)

L'accord du participe passé se fait, vous l'aurez remarqué, avec le complément d'objet direct, pourvu que celui-ci précède le verbe :

La balle que les fillettes se sont appropriée. (Multidictionnaire.)

Line Gingras

"Crimes de guerre à la Maison-Blanche" : http://www.ledevoir.com/2005/12/17/97962.html

Posté par Choubine à 03:42 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 21 décembre 2005

Ni fleurs ni couronnes - Venise, Moïse et l'orthographe

Entretien; coûter; euro, euros; adjectif de relation; adjectif dérivé d'un gentilé; accord du verbe; accord du participe passé employé avec avoir.

"[...] C'est une ville volée à la mer qui nécessite une approche globale et un entretient constant", explique Luidgi Torreti, directeur général d'Insula, dont les crédits ne cessent de diminuer depuis deux ans. (Le Monde, cité par Le Devoir.)

Je trouve un assez bon nombre de mentions d'un monsieur Luigi Torreti dans Internet.

Plus loin :

"Pour les seuls travaux de recherche, "Moïse" a englouti 750 millions d'Euros, alors que les travaux réalisés depuis huit ans par Insula n'ont coûtés que 428 millions", s'insurge le maire.

De toute façon, même si les 428 millions étaient placés devant le verbe, ce complément répondrait à la question "combien?"; comme il ne s'agirait pas d'un complément d'objet direct, il n'entraînerait pas l'accord : les 428 millions que les travaux ont coûté.

Et je dois signaler que l'euro, unité monétaire, prend la minuscule.

Toujours dans le même article :

Il n'est pas sûr que le projet Vénitien, qui prévoit un investissement total de 1,2 milliard d'Euros sur vingt ans, puisse aller jusqu'à son terme.

Tout d'abord, je ne suis pas convaincue qu'il s'agisse d'un projet vénitien, qui serait à mon sens conçu par des Vénitiens ou piloté par les autorités vénitiennes; je crois plutôt que nous avons ici un emploi abusif de l'adjectif de relation.

Ensuite, l'adjectif dérivé d'un gentilé prend la minuscule : les Vénitiens ont les pieds dans l'eau; j'aime la cuisine vénitienne.

Mais ce n'est pas fini :

"Nous ne pourront pas ouvrir un seul nouveau chantier l'an prochain", regrette Massimo Cacciari [...] il mets ses espoirs dans un changement de gouvernement [...]

L'article publié par Le Devoir se trouve aussi dans les archives du Monde (où il est signé par Jean-Jacques Bozonnet), sans les fautes d'orthographe ou les coquilles relevées ici. A-t-il été corrigé après coup?

"La grogne s'intensifie contre le projet "Moïse" à Venise" : http://www.ledevoir.com/2005/12/17/97949.html
"La grogne s'intensifie contre le projet "Moïse", censé sauver des eaux Venise et sa lagune" : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-716710,0.html

Posté par Choubine à 16:21 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]