Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 30 octobre 2005

Colonnes

Ce texte se trouve maintenant à l'adresse suivante : http://chouxdesiam.hautetfort.com/archive/2005/10/30/colonnes.html

Line Gingras
29 septembre 2006

Posté par Choubine à 23:07 - Venise - Commentaires [4] - Permalien [#]

vendredi 28 octobre 2005

Israfel*

Vois l’ombre qui s’allume
Et chante
Dans les buissons de miel
C’est l’heure où sur les branches
Passe l’archet de l’ange
Le souffle d’Israfel

Choubine

Posté par Choubine à 12:11 - Un peu de rien - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 26 octobre 2005

Pépin*

Pépin de Pomme et Pépin d’Amande
Pépin le Bref et Pépin le Grand
Tous les mercredis se déguisent en sorcières
Et s’en vont battre les tapis

Choubine

Posté par Choubine à 13:01 - Un peu de rien - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 24 octobre 2005

Localités sinistrées par les pluies

Sinistrées par; sinistrée par; sinistrés par; sinistré par; être sinistré par; verbe sinistrer; adjectif et participe passé; verbe à la forme passive; passif; complément d'agent.

  • [...] une cinquantaine de localités sinistrées par les pluies torrentielles et les glissements de terrain. (Dépêche.)

J'allais vous parler de grippe aviaire, d'ouragans, de génocides, de Parkinson planétaire et pourquoi pas d'insuffisance rénale ou de cancer, mais je pense que vous devrez vous contenter d'un peu de grammaire, puisque je ne peux pas vous offrir de jus de betterave pour faire passer tout le reste.

L'analogie, en voilà au moins une qui a le don de se faire aimer : on apprend qu'une ville est rasée par un bombardement mais que ses ruines sont caressées par la brise; un artiste est démoli par la critique, et grandi par cette épreuve. Ne peut-on dire, en conséquence, que des localités sont envahies par les touristes ou sinistrées par les pluies?

C'est une espiègle, l'analogie, qui s'amuse aux dépens des gens pressés; avant de traverser la rue, rappelons-nous donc le gros camion de notre antique manuel d'hygiène.

Un bombardement a rasé la ville que la brise voudrait caresser; la critique a démoli l'artiste que cette épreuve grandira; les touristes ont envahi des localités. Mais les pluies ne sinistreront rien ni personne, parce qu'il n'y a pas de verbe sinistrer. Et s'il n'y a pas de verbe sinistrer, il n'y a pas de participe passé, pas de forme passive, pas de pluies qui sinistrent ou qui, au passif, remplissent la fonction de complément d'agent, précédé de la préposition par.

L'adjectif sinistré existe bel et bien, mais c'est un simple adjectif qualificatif, comme joli, et non pas un participe passé, comme touché ou détruit.

Line Gingras

"Après le passage de Stan - Les Indiens du Guatemala sont oubliés par le gouvernement" : http://www.ledevoir.com/2005/10/14/92553.html

Posté par Choubine à 23:07 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 22 octobre 2005

Dans l'hypothèse où

Dans l'hypothèse où; indicatif ou conditionnel; mode indicatif; mode conditionnel.

  • Les Libériens iront de nouveau aux urnes le 8 novembre dans l'hypothèse, de plus en plus probable, aucun des 22 candidats à la présidence n'aura décroché la majorité absolue à l'issue du premier tour [...] (Dépêche.)

Un hippogriffe hypocondriaque dut un jour hypothéquer son hippodrome hypostyle. De son véhicule hippomobile, il appela son ami l'hippocampe qui se prétendit, l'hypocrite, occupé à calculer l'hypoténuse de son hypogée. Plutôt que de mourir d'hypothermie en attendant que l'autre ait achevé l'hypotaupe, il alla nourrir l'hypocauste et but dix bonnes coupes d'hypocras; et comme ensuite il n'arrivait guère à voler, il mit en cause son hypothalamus - qui le laissa tomber dans une mare d'hippopotames. Ceux-ci voulurent le retenir dans l'hypothèse où il pourrait leur verser des intérêts, sur la fameuse hypothèque.

Et cette histoire inepte finit ici, les enfants, puisqu'elle n'avait que ce but : vous faire savoir que d'après mes recherches, dans les dictionnaires et les ouvrages de difficultés que j'ai sous la main, la locution dans l'hypothèse où doit être suivie du conditionnel :

Dans l'hypothèse où il n'accepterait pas votre proposition, que feriez-vous? (Lexis.)

À noter que deux ouvrages seulement, sur les treize que j'ai consultés, donnent un avis sur la question : le Multidictionnaire et le Hanse-Blampain.

Line Gingras

Beau site sur l'hippocampe : http://www.institut-paul-ricard.org/oceanoonline/hippo.htm
"En bref : Liberia, vers un second tour" : http://www.ledevoir.com/2005/10/18/92827.html

Posté par Choubine à 15:45 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 20 octobre 2005

Consacrer

Consacrer pour; consacrer à; consacré pour; consacré à; se consacrer pour; se consacrer à; complément du verbe consacrer; construction du verbe consacrer.

  • [...] le Québec, qui consacre déjà 1,7 milliard de dollars pour son programme de garderies [...] (Bernard Descôteaux.)

Septembre 1983, pendant mes premières vacances à Venise; un après-midi, devant la basilique consacrée à saint Marc. Dans la foule, un groupe de femmes se remarque de loin - toutes, elles ont une robe blanche, avec à la taille une écharpe bleue. Certaines brandissent de petites pancartes : ARMÉE DE MARIE - CANADA.

Elles se croient dans un lieu de pèlerinage, ma parole. Comme si Saint-Marc n'était pas la caverne des quarante voleurs. Comme si Venise, en dépit de sa multitude d'églises consacrées à des saints divers, voire inexistants, n'était pas la ville la moins religieuse du monde. C'est une figure, évidemment, mais que penser d'une cité qui, entre autres initiatives douteuses, aurait envoyé des marchands dérober en Égypte le corps d'un saint prestigieux?

Ces femmes me rappellent un souvenir ancien, celui des enfants que l'on jugeait bon de consacrer à la Sainte Vierge, en les vouant au blanc et au bleu. Curieux comme cette idée a perdu de son charme.

Et si, après tout cela, vous ne vous doutez pas encore du résultat de mes recherches sur la construction du verbe consacrer, je veux bien me consacrer désormais à la vie contemplative, de préférence dans un couvent vénitien.

Consacrer, bien entendu, ne s'emploie pas que dans le domaine religieux; c'est, dans la langue courante, affecter une personne ou une chose "à une fin déterminée et parfois exclusive" (Trésor de la langue française informatisé) :

J'ai consacré tout l'après-midi à la préparation de mon exposé. (Lexis.)
Il se consacre entièrement à ce projet. (Lexis.)
Fonds consacrés au réaménagement des locaux.
Consacrer un livre à une question.
(Hanse et Blampain.)
Se consacrer à une noble cause.
[...] je tenais à ne consacrer à cette bataille d'usure [...] que le strict minimum.
(Joffre.)
Il consacre son temps à étudier. (Multidictionnaire.)

Aucun des quinze ouvrages que j'ai consultés ne propose d'exemple où le complément de destination serait introduit par la préposition pour; seule la préposition à est admise. Le Dupré (Encyclopédie du bon français dans l'usage contemporain) signale comme incorrecte cette phrase de Mirbeau :

Le reste de la matinée est consacré en visites.

Autre construction fautive, que Hanse et Blampain ont relevée "dans un livre officiel sur Genève" :

Consacrer une plaquette concernant l'histoire de...

Il aurait fallu écrire, en conséquence, que le Québec consacre 1,7 milliard de dollars à son programme de garderies.

Line Gingras

"Sourd et aveugle" : http://www.ledevoir.com/2005/10/19/92918.html

Posté par Choubine à 14:58 - Langue et traduction - Commentaires [4] - Permalien [#]

dimanche 16 octobre 2005

Au motif que

Au motif que; au motif de; pour le bon motif; motif.

Mademoiselle est au salon
- Ah! Seigneur, que c'est long!
Tantôt viendra l'p'tit Vaillancourt
- Ah! Seigneur, que c'est court!

Lorsque jadis un jeune homme fréquentait une jeune fille, ce devait être pour le bon motif - en vue du mariage, lui-même précédé des fiançailles, lesquelles suivaient ce moment solennel de la grand' demande.

De même, dans la langue courante, on voit assez souvent le complément de cause (répondant à la question pourquoi?) introduit par le nom motif précédé de la préposition pour :

Pour quel motif as-tu changé d'avis? (Multidictionnaire.)
Pour des motifs qui nous échappent.

Mais serait-il admis d'utiliser plutôt la préposition à?

J'ai signalé l'autre jour cet exemple, relevé dans le Petit Robert :

  • Requête rejetée au motif que l'intéressé est mineur.

Cette formulation est donnée toutefois comme appartenant à la langue juridique. De fait, aucun des seize autres ouvrages que j'ai consultés ne mentionne le tour au motif que ni, de manière générale, l'emploi de la préposition à devant le nom motif indiquant un complément de cause. Je pense donc qu'il faudrait réserver cette construction au domaine du droit :

  • M. Chrétien a suspendu temporairement sa requête en récusation il y a deux semaines. En revanche, l'avocat du gouvernement fédéral, Brian Saunders, lui a confirmé par écrit qu'il pourrait entamer une nouvelle bataille contre le commissaire au motif de sa partialité au moment opportun. (Brian Myles et Manon Cornellier.)

Line Gingras

Pour écouter La grand' demande : http://www4.bnquebec.ca/musique_78trs/mt571.htm
"Gomery monte au front" : http://www.ledevoir.com/2005/06/15/84252.html?355

Posté par Choubine à 16:47 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 14 octobre 2005

Discriminer, être discriminé

Discriminer quelqu'un; être discriminé; to discriminate against; to be discriminated against; Coventry Carol.

  • [...] les habitants de l'ancienne Allemagne de l'Est continuent de se sentir dénigrés, voire discriminés par leurs concitoyens de l'Ouest. (Dépêche.)

Au Moyen Âge, dans la ville de Coventry, on représentait des mystères - entre autres celui pour lequel fut composé le Coventry Carol, cette berceuse chantée par les femmes de Bethléem à leurs tout-petits, que les soldats d'Hérode vont bientôt massacrer. Selon William Sandys, une vieille tradition voudrait que le propre fils d'Hérode ait été parmi ces malheureux innocents. Pas de discrimination...

Le substantif discrimination s'emploie dans la langue courante, souvent de façon péjorative, pour désigner le "traitement différencié, inégalitaire, appliqué à des personnes sur la base de critères variables" (Trésor de la langue française informatisé).

Plus rarement, et plutôt dans la langue littéraire, il désigne l'"action de discerner, de distinguer les choses les unes des autres avec précision, selon des critères définis" (Petit Robert).

C'est à cette dernière acception que se rattache le verbe discriminer :

[Il a] judicieusement discriminé les créatures et les écrivains du second et du troisième rayon. (Henriot.)
C'était une autre affaire de discriminer les visiteurs. (Guéhenno.)
Les questions qui discriminaient significativement les sujets normaux des sujets présentant un syndrome mental donné. (Delay.)
Apprendre à discriminer les méthodes les plus efficaces. (Lexis.)
Discriminer rhumatismes infectieux et arthrites microbiennes. (Ravault.)
Quand la vie nous laissera-t-elle le temps de nuancer et de discriminer? (Dubos.)

Nulle part, dans les treize ouvrages que j'ai consultés, je n'ai trouvé ce verbe ("beaucoup plus rare, précisent Hanse et Blampain, que le nom discrimination et l'adjectif discriminatoire") avec la nuance péjorative que prend souvent le nom discrimination - si ce n'est dans une remarque du Trésor, où l'on signale avoir rencontré cet emploi dans la documentation; les auteurs font observer que discriminer y est utilisé de façon absolue, autrement dit sans complément :

En tolérant que l'Europe discrimine, c'est-à-dire maintienne les restrictions financières et commerciales contre les États-Unis tout en abaissant ces restrictions entre pays membres de l'OECE. (Univers économique et social, 1960.)

Il s'agit là, je le souligne, d'une simple mention.

René Meertens propose, comme équivalents de to discriminate against : constituer une discrimination à l'encontre de, placer dans une situation désavantageuse, défavoriser; et pour traduire to be discriminated against : être victime d'une discrimination, être ou faire l'objet de mesures discriminatoires.

Dans la phrase qui nous occupe, je pense qu'il aurait fallu étoffer, en écrivant par exemple :

  • [...] les habitants de l'ancienne Allemagne de l'Est continuent de se sentir dénigrés par leurs concitoyens de l'Ouest, qui auraient même à leur endroit des pratiques discriminatoires.

C'est plus long, évidemment...; mais sommes-nous si pressés?

Line Gingras

Texte sur le Coventry Carol : http://www.hymnsandcarolsofchristmas.com/Hymns_and_Carols/coventry_carol-1.htm
"Une première femme à la tête de l'Allemagne" : http://www.ledevoir.com/2005/10/11/92341.html

Posté par Choubine à 23:39 - Langue et traduction - Commentaires [6] - Permalien [#]

mercredi 12 octobre 2005

De Janequin à Haendel

Haendel; Janequin; As Pants the Hart; Le chant des oiseaux; emprunts musicaux.

C'était dans la nuit de lundi à mardi : rentrée de ma répétition avec l'Ensemble vocal André Martin, j'avais continuellement à l'esprit, en travaillant à l'ordinateur, le thème obsédant de ce beau motet de Haendel :

As pants the hart
For cooling streams...
(Comme languit une biche / Après les eaux vives... [Bible de Jérusalem.])

Plusieurs heures se sont écoulées. Et puis, tout à coup, j'ai pris conscience d'autres paroles qui étaient venues, je ne sais comment, se substituer au texte anglais :

Vous orrez à mon avis
Une douce musique...

J'en modernise l'orthographe, mais c'est un passage du Chant des oiseaux, de Clément Janequin. Haendel l'aura peut-être emprunté, à deux siècles de distance environ...

Le chant des oiseaux. C'était il y a une trentaine d'années, sous la direction du même chef; je découvrais la musique de la Renaissance.

La musique, on le sait, réunit les hommes - avec leurs semblables, et avec eux-mêmes.

Choubine

Posté par Choubine à 12:43 - Chant choral - Commentaires [1] - Permalien [#]