Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 26 septembre 2005

En tous les cas

En tous cas; en tout cas; en tous les cas; dans tous les cas.

Une affaire de réglée.

Demain 27 septembre, Michaëlle Jean deviendra officiellement gouverneure générale du Canada. J'ai cru un moment qu'on n'y arriverait jamais, à cette date importante pour la communauté haïtienne du Québec.

L'annonce de cette nomination, d'abord accueillie très favorablement, a vite suscité la controverse : des nationalistes "purs et durs" ont signalé les affinités de madame Jean et surtout de son mari, Jean-Daniel Lafond, avec le mouvement souverainiste. Certains ont sans doute agi uniquement pour contrer le "beau coup" de Paul Martin ou pour se venger de ce qu'ils ressentaient comme une trahison; on ne peut croire qu'ils aient cherché à rendre service aux fédéralistes! Mais dans un cas que je souhaiterais isolé, on a voulu susciter la haine du Canada anglais - en montant en épingle des relations avec d'anciens membres du FLQ, protagonistes des événements d'octobre 1970 (il faut savoir que monsieur Lafond, à titre de documentariste, leur a consacré un film) -, dans l'espoir déclaré de provoquer une "campagne anti-québécoise" qui aurait pu entraîner la séparation du Québec.

Il y a longtemps que je ne sais plus si le Québec devrait rester au sein de la confédération canadienne ou devenir un État souverain; n'empêche, ce procédé me dégoûte.

Heureusement, les Canadiens anglais n'ont pas mordu trop fort à l'hameçon. Madame Jean a dû faire paraître une profession de foi fédéraliste, il lui a fallu abandonner la citoyenneté française, mais elle n'a pas renoncé à sa place dans l'histoire du Canada; quelle tristesse ç'aurait été, pour les Québécois d'origine haïtienne. Je crois que son engagement à l'égard de sa communauté peut expliquer des gestes qui sans cela pourraient sembler incompréhensibles.

Dans un article publié dans Le Devoir cette fin de semaine, Hélène Buzzetti écrit :

  • [...] en tant que journaliste, elle aura su maintenir le secret sur ses allégeances politiques. En tous les cas, la profession de foi fédéraliste que le couple a dû faire par écrit [...] en a mis plusieurs mal à l'aise.

En tous les cas? Cette expression me rappelle le langage coloré de mon grand-père; ne peut-on imaginer ou presque, dans le téléroman Le temps d'une paix, Joseph-Arthur déclarant à Rose-Anna : "En toué cas, Rose-Anna, y a rien qui bat ta soupe aux pois"?

Mais ne nous fions pas à une simple impression; voyons plutôt ce qu'en disent les ouvrages de langue.

L'affaire se présente mal : en tous les cas n'est pas consignée dans le Petit Robert, à l'article "cas". Le Multidictionnaire, le Hanse-Blampain n'en parlent pas. (Notons au passage que, d'après ce dernier ouvrage, on écrit en tout cas - moins souvent en tous cas. L'expression dans tous les cas est également admise.)

Cependant, des ouvrages de difficultés moins récents - le Colin, le Girodet - acceptent en tous les cas. Berthier et Colignon la reçoivent aussi, mais "plutôt avec une épithète ou un complément", comme dans l'exemple en tous les cas envisageables (leur observation s'applique également à dans tous les cas).

Il se peut donc que l'expression soit un peu vieillie. N'empêche que je l'ai trouvée en outre dans le Trésor de la langue française informatisé, sans mise en garde. Par conséquent, on ne saurait la considérer comme fautive - même si en tout cas est certainement d'utilisation plus courante.

Et voilà. Une autre affaire de réglée.

Line Gingras

L'article d'Hélène Buzzetti : http://www.ledevoir.com/2005/09/24/91152.html
"Michaëlle Jean et les felquistes" : http://www.ledevoir.com/2005/08/11/87968.html

Posté par Choubine à 23:15 - Langue et traduction - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Merci aussi

    Comme Pierre, je cherchais sur Google, personnellement je cherchais "en tout les cas", la sonorité me paraissait bizarre et je suis tombée immédiatement sur votre site qui répondait parfaitement à ce que je cherchais.
    Merci donc, et longue vie à votre site !

    Posté par kimline, lundi 17 décembre 2007 à 10:32
  • au temps pour moi

    merci pour ces éclaircissements. il paraît que les choux de Siam sont bons pour les nuls en grammaire. je vais m'y mettre de ce pas...

    Posté par actarus, lundi 25 décembre 2006 à 11:19
  • Le chou de Siam est un légume bien prosaïque; mais c'est un légume de mon enfance paysanne, du temps où le brocoli, le chou-fleur et les courgettes étaient inconnus dans mon coin du Québec. Le chou de Siam, avec les pommes de terre, les carottes, le chou et les haricots, était de tous les bouillis. Il ne plaisait pas à tout le monde; c'était pourtant mon favori.

    Posté par Choubine, lundi 25 décembre 2006 à 12:12
  • Merci

    je cherchais justement si l'orthographe "tous cas" était correcte, désuette, ceux qui se targuent de l'utiliser sciemment - alors qu'ils n'ont visiblement pas la connaissance suffisante - confondent surement alors avec "tout cas", dans tous les cas, ça m'a fait plaisir de trouver l'explication aussi vite, votre site sort en premier dans google quand on tape cette expression !

    Posté par Pierre, mercredi 21 février 2007 à 06:23

Poster un commentaire